31 10 2003
Le Courrier (CH)
Une place rebaptisée Nikeplatz à Vienne?

CONTRE-POUVOIR - Un collectif d'artistes a fait croire aux Viennois qu'une place de leur ville allait être rebaptisée «Nikeplatz». Caricaturée dans sa stratégie publicitaire, Nike dépose plainte mais se fait prendre à son propre jeu.

CATHY MACHEREL

Début octobre, les Viennois découvrent, intrigués, qu'un étrange container a pris ses quartiers sur Karlsplatz, l'une des plus importantes place de la ville. Le pavillon, baptisé «nikeground – rethinking space», sert à informer les badauds du prompt réaménagement de la place. Au 1er janvier 2004, celle-ci s'appellera en effet «Nikeplatz», apprennent-ils, éberlués. Pis: en guise de sculpture, un gigantesque «swoosh» rouge de 18 mètres par 36 trônera en son milieu, montre une maquette en 3D. Des hôtesses, tout de Nike vêtues, expliquent encore aux visiteurs que la légendaire marque Nike sera désormais présente partout dans les rues, les places, les parcs et les boulevards. Et pas seulement à Vienne: des Nikesquare, Nikestreet, Piazzanike, Plazanike ou Nikestrasse fleuriront dans toutes les grandes capitales du monde ces prochaines années.
Des lettres de Viennois, indignés de savoir leur ville bientôt «bradée à une multinationale», arrivent à la mairie et auprès des journaux locaux. D'autant que 100 000 flyers signés sont aussi distribués dans les rues pour annoncer les grands changements sur Karlsplatz. Et comme pour donner du crédit supplémentaire à la nouvelle, un site Internet très design (nikeground.com) fait même la promotion internationale de l'opération, annonçant qu'elle va s'étendre à Rome, Paris, Londres, Toronto, New York, Chicago, Los Angeles! Nike est alors contraint de réagir: «Cette opération est un faux; nous n'avons rien à voir avec cela. Elle porte atteinte au droit des marques», explique à la presse autrichienne une porte-parole de la firme.

DOMAINE PUBLIC?

Les autorités viennoises et les médias ne tardent pas à découvrir qui se cache derrière cette opération: non pas la grande multinationale, mais une organisation au nom imprononçable 0100101110101101.org, un collectif d'artistes subversifs majoritairement italiens qui «utilise des tactiques non conventionnelles de communication pour obtenir la visibilité la plus large avec un minimum d'efforts», selon la définition qu'il donne de lui-même sur son site Internet. Un art en trompe-l'oeil qui se joue de tout le monde: d'ailleurs, même certaines des lettres de Viennois envoyées aux journaux s'avèrent de son propre cru!
«Le but de nikeground était de créer une grande performance urbaine, une sorte de show théâtral, lit-on encore sur le site de 0100101110101101.org. On voulait produire une hallucination collective capable de toucher à la perception que les Viennois ont de leur ville au plus profond d'eux-mêmes.»
Cette démarche a été entreprise en collaboration avec Public Netbase, une institution viennoise qui promeut la webculture et dont les crédits, comme ceux de nombreux acteurs culturels autrichiens, ont été définitivement coupés depuis le passage au pouvoir de Jörg Heider. Konrad Becker, le directeur de Public Netbase, explique: «C'est notre rôle d'intervenir dans l'espace urbain et médiatique pour mettre en évidence la question de la domination symbolique des intérêts privés dans l'espace public. Nous considérons nikeground comme une manifestation de la liberté artistique de manipuler les symboles de la vie de tous les jours.»
Car n'est-ce pas ce que cherche précisément Nike dans ses campagnes publicitaires universelles? Dépasser la notion même de marque pour devenir un symbole banalisé de nos vies quotidiennes, et cela à l'échelle de la planète? Les auteurs du canular viennois le savent trop bien et ce n'est pas un hasard s'ils ont choisi d'attaquer la firme sur son propre terrain de jeu.
Dans son livre No Logo, Naomi Klein décrit très bien cette stratégie des marques et relève ce paradoxe: les multinationales font tout pour se fondre dans la culture populaire, mais dès lors qu'un tiers s'aventure à utiliser ce qui devient, de fait, du domaine public, elles n'hésitent pas à brandir les lois sur les droits d'auteur et la protection des marques pour casser toute velléité d'utilisation de leur logo. Surtout si elle est dérangeante.

PLAINTE DEPOSEE

Sans surprise, c'est effectivement de cette façon qu'a réagi Nike face à l'opération «nikeground» de Vienne. Le 14 octobre, la firme dépose plainte et, dans un document de 30 pages envoyé à la justice autrichienne, exige le démontage immédiat des installations – réelles et virtuelles – au nom de la protection des marques. Ce qui n'a pas manqué de provoquer des réactions amusées des artistes espiègles: «Où est le fameux Nike spirit? Je m'attendais à avoir affaire à des gens sportifs, pas à une bande d'avocats ennuyeux», commente un porte-parole du collectif d'artistes. «Bien avant Nike, des artistes, comme Andy Warhol et ses soupes Campbell, ont utilisé des produits de consommation dans leurs oeuvres. L'art a toujours utilisé les images puissantes de la société de consommation comme objet de création. Nike envahit nos vies avec ses produits et ses publicités, mais nous interdit de les utiliser de façon créative», fait encore valoir 0100101110101101.org.
Pour l'heure, les deux organisations en cause viennent de remporter une petite victoire, puisque la justice a fait valoir lundi un vice de forme dans la procédure entreprise par Nike, qui devra s'y prendre autrement s'il veut les poursuivre et espérer obtenir, selon ses menaces, 78 000 euros de dommages et intérêts. A terme, ce canular subversif pourrait certes s'avérer coûteux pour ses auteurs, qui, de toute façon, avaient prévu de démonter leur pavillon à la fin de ce mois (quant au site nikeground.com, il est toujours en ligne).
Mais quelle que soit l'issue juridique de l'affaire, ils auront réussi leur coup: l'opération nikeground n'a-t-elle pas démontré au grand public l'envers du message publicitaire de la firme au «swosh»? Loin d'être un symbole libertaire et intégré dans la sphère publique, Nike apparaît ici comme une multinationale qui n'a plus le goût du jeu lorsqu'on touche à ses intérêts.

   

  26 11 2003
Nachdenken über Freiräume
Der Standard

31 10 2003
Une place rebaptisée Nikeplatz à Vienne?
Le Courrier (CH)

28 10 2003
Eine Geisel im Namen der Freiheit der Kunst
Der Standard

27 10 2003
Valzer viennese per Nike
la Repubblica (IT)

24 10 2003
La nique à Nike en Autriche
Libération (FR)

24 10 2003
Platzangst
City

22 10 2003
Wien, Nikeplatz
Tages-Anzeiger

17 10 2003
Swoosh, They Did It Again
"Rhizome" (EN)

16 10 2003
Nike-Platz?
U-Express

15 10 2003
Nike-Platz
U-Express

13 10 2003
Des artistes font croire au rachat d'une place de Vienne par Nike
Transfert (FR)

13 10 2003
... und es hat "Swoosh" gemacht
Süddeutsche Zeitung

11 10 2003
Fälschung ist Kunst
Der Standard

11 10 2003
Nikeground (formerly Karlsplatz)
FM4 (ORF)

10 10 2003
Rätsel um "Nike- statt Karlsplatz" endlich gelöst
Krone.at

10 10 2003
"Nike-Platz" ist eine künstlerische Provokation
wienweb.at

08 10 2003
Nike-Platz statt Karlsplatz: Eine Homepage sorgt für Aufregung
E-Media

07 10 2003
"Nike- statt Karlsplatz" ist ein Riesen-Schwindel!
Krone.at

07 10 2003
Der Turnschuh will den Platz nicht kaufen
Der Standard

07 10 2003
Kein "Nike-Platz"
Medianet

07 10 2003
Doch nur ein Werbeschmäh?
Wiener Zeitung

07 10 2003
Nike-Platz statt Karlsplatz
Der Standard

06 10 2003
Die Wahrheit über "Nike- statt Karlsplatz"
Krone.at

06 10 2003
Nikeplatz statt Karlsplatz? So nicht!
Indymedia

06 10 2003
Nike-Platz statt Karlsplatz
Kurier

06 10 2003
Karlsplatz wird Nike-Platz: "Ein Scherz"
Der Standard

06 10 2003
Nike-Platz statt Karlsplatz: Aufregung um Homepage
Der Standard

06 10 2003
Nike-Platz statt Karlsplatz: Aufregung um Homepage mit Plänen
Tiroler Tageszeitung

06 10 2003
Nike-Platz statt Karlsplatz?
Die Presse

06 10 2003
Verwirrung um Karlsplatz - Umbenennung
ORF Online

04 10 2003
Wirbel um Karlsplatz nur ein Jux
Kronenzeitung

03 10 2003
Vermeintliche Nike-Action in Wien ein Schwindel
FCB Events & PR

 

  nikeground.com